Newsletter
Agenda
Nos services
Retour à l'accueil
Conseil communautaire du 7 mars : le compte administratif voté à l'unanimité
19/03/2014

Le vendredi 7 mars, les élus de la Communauté de communes du Pays de Pierrefort-Neuvéglise se sont réunis dans la salle récréative de Pierrefort. Cela constituait le dernier Conseil communautaire du mandat. Pour autant, les nombreux points inscrits à l’ordre du jour ont chacun été déclinés dans un esprit toujours aussi agréable.

En introduction, avant d’entrer pleinement dans les différents sujets inscrits à l’ordre du jour, Louis Galtier, Président de la Communauté de communes du Pays de Pierrefort-Neuvéglise, Maire de Pierrefort et Vice-président du Conseil Général du Cantal, a tenu à remercier l’ensemble des élus. « Nous y sommes. Il s’agit du dernier Conseil communautaire de ce mandat dans notre composition électorale actuelle… Un mandat que nous avions démarré à dix communes et que nous terminons à treize avec Lieutadès et Paulhenc qui nous ont rejoint le 1er janvier 2009 mais aussi Neuvéglise plus récemment, le 1er janvier 2013 », a-t-il d’abord avancé, avant de poursuivre : « Estime, confiance et bonne humeur ont guidé chacune de nos séances et nous ont aidé, j’en suis convaincu, à prendre communément des décisions parfois difficiles… »

 

Pas d’adhésion au Syndicat du Lac de Garabit-Grandval
En premier point, les élus ont fait le choix de ne pas adhérer au Syndicat mixte du Lac de Garabit Grandval, qui a pour objectif de développer de nouveaux sites touristiques, d’enrichir l’offre d’équipement et de mettre en valeur les lieux phares des Gorges de la Truyère. Les élus ont en effet estimé qu’il n’y avait pas assez de lisibilité sur les actions à venir du Syndicat.
Autre syndicat : celui des Cramades, le syndicat de gestion du traitement et de la valorisation des déchets du Nord Est Cantal. Pour ce dernier, les conseillers communautaires ont approuvé la modification des statuts pour la composition du comité syndical puisque rien ne change pour la représentativité de la Communauté de communes (deux élus).

Oui à une placette d’alimentation pour les Milans royaux
Ensuite, Louis Galtier a expliqué que le Milan royal, espèce menacée, voit ses effectifs régresser dans la plupart des pays où il est représenté et que son aire de répartition s’est considérablement réduite. En Auvergne, on estime les effectifs du Milan Royal entre 620 et 1100 couples, soit la plus grosse population française de l’espèce. Un programme de sauvegarde a été mis en place dans le Massif Central afin de restaurer les populations et prévoit la création de placettes d’alimentation. Ce sont des zones de nourrissage qui ont pour objectifs de pallier la disparition des populations de proies et les fermetures des décharges ouvertes, de garantir une alimentation saine aux Milans royaux et de réduire le risque d’empoisonnement. Plusieurs placettes existent déjà en Auvergne, dont deux dans le Cantal (Chastel-sur-Murat et Lycée agricole de Saint-Flour). L’idée est donc d’en implanter une sur la commune d’Oradour. Validée par les membres du Conseil municipal d’Oradour le 9 avril 2013, la création de cette placette a également reçu l’approbation des élus communautaires.

Le compte administratif adopté à l’unanimité
Le Conseil communautaire a par ailleurs été l’occasion de présenter et de se prononcer sur le Compte administratif 2013. À ce sujet, il faut savoir que le compte administratif fait apparaître un excédent d’exploitation de plus de 460 000 €. Un bilan satisfaisant qu’a voté à l’unanimité l’ensemble des élus communautaires.
En outre, concernant l’Office de tourisme intercommunautaire (OTi) auquel la Communauté de communes a décidé d’adhérer à l’issue de la séance du Conseil communautaire du 5 septembre 2013, les élus ont entériné le montant de cotisation au titre de l’année 2014 à verser à l’OTi, soit 62 391 €. Ils ont également accepté de signer trois conventions de partenariat destinées à régir les rapports financiers ainsi que les modalités de fonctionnement avec l’OTi. La première convention concerne la mise à disposition du personnel à l’OTi ; la deuxième la mise à disposition des locaux et la troisième la gestion des boutiques (distinction des produits OTi et des produits de la Communauté de communes).

Les sentiers VTT exploités pour un probable grand itinéraire
Il faut bien le souligner : les activités de plein air font partie des objectifs du Conseil Régional afin notamment de permettre aux touristes de vivre des séjours dédiés aux loisirs de pleine nature mais aussi aux auvergnats de pratiquer ces activités plus facilement. Les Offices de tourisme et les collectivités ont donc travaillé ensemble à la mise en place d’un programme stratégique d’actions visant à répondre à cet objectif, avec le partenariat des services de la Région et du Département. Louis Galtier a présenté lors de ce Conseil communautaire les différents projets envisagés. L’un d’entre eux a d’ailleurs été admis par délibération par tous les élus : celui d’un grand itinéraire VTT. « Vous le savez : la randonnée est la principale activité de pleine nature pratiquée l’été. Les nombreux chemins existants participent à l’attractivité des territoires, y compris le nôtre, et au développement économique local », a-t-il expliqué. En projet ? La mise en place d’un grand itinéraire, qui passerait par les sentiers VTT déjà existants du Pays de Pierrefort-Neuvéglise mais aussi de la Planèze et de Saint-Flour-Margeride. Trois pôles VTT bien fréquentés qui seraient donc réunis et connecteraient Saint-Flour, Ruynes en Margeride, Coltines, Paulhac et Pierrefort-Neuvéglise.

Soutien à l’APE de Neuvéglise
Enfin, à l’issue du Conseil communautaire, les élus ont décidé unanimement de renouveler leur soutien à l’Association des parents d’élèves (APE) de Neuvéglise qui a entrepris des démarches pour la création d’un poste supplémentaire d’instituteur en raison de l’augmentation des effectifs de l’école primaire de Neuvéglise.


Par ailleurs, les élus ont validé l’attribution de subventions exceptionnelles : 1 000 € pour l’association des Tersons, qui fête cette année ses 15 ans d’existence, et 500 € pour Sylvie Pullès, enfant du pays, qui fêtera ses trente années de carrière le 30 mai 2015 à L’Olympia de Paris.