Newsletter
Agenda
Nos services
Retour à l'accueil
La Communauté de communes soutient la société Les Viandes du Père Joffrois
23/01/2015

Depuis le 15 janvier 2015, la société pierrefortaise emblématique Les Viandes du Père Joffrois est sortie du redressement judiciaire. Un souffle nouveau et plein d’espoir attend maintenant la société. Avec à sa tête Laurent Paulet, nouveau gérant, qui a bien l’intention de redonner de l’aplomb à l’entreprise et redorer son image. Pour ce faire, il compte s’appuyer sur le savoir-faire des salariés, conforter la gestion mais aussi valoriser l’excellence de la tradition par la modernité.

De nouvelles possibilités d'action
L’année 2015 s’annonce remplie d’espoir pour les salariés de la société des Viandes du Père Joffrois. Après une période délicate suite à son redressement judiciaire en février 2014, l’entreprise commence à percevoir la sortie du tunnel. « Des changements ont été apportés et l’équipe a su trouver un nouveau souffle. Nous ferons tout pour conforter cette filière courte de qualité », a assuré le gérant Laurent Paulet. Depuis le 15 janvier dernier, c’est acté : la société est sortie du redressement judiciaire. Ce qui lui offre de nouvelles possibilités d’action. Pour cela, il aura fallu la rigueur de Laurent Paulet, nouveau gérant, mais aussi deux éléments : la mobilisation de tous les salariés et des éleveurs d’Elvea Sud Massif Central engagés dans la filière d’une part et le soutien de la Communauté de communes du Pays de Pierrefort-Neuvéglise d’autre part. De quoi redonner de l’espoir à la vie économique du territoire.
La Communauté de communes a ainsi décidé de racheter l’atelier de découpe. Un emprunt de 270 000 € a été contracté. Parallèlement, un contrat de crédit-bail a été signé avec l’entreprise, ce qui permettra de rembourser pendant 15 ans l’emprunt. Au final, « une opération blanche pour la Communauté de communes qui permet malgré tout de sauver une entreprise et des emplois, de soutenir l’activité des 80 éleveurs et de relancer la filière », a confié Louis Galtier, Vice-président du Conseil Général du Cantal et Président de la Communauté de communes, qui a poursuivi : « L’existence du projet cohérent proposé par Laurent Paulet a conforté notre décision. »

Reportage France 3 - Société des Viandes du Père Joffrois (19 janvier 2015)

Zoom sur Laurent Paulet

Cet Auvergnat de 47 ans, ingénieur agronome diplômé de l’ENITA de Clermont-Ferrand, a su impulser un certain dynamisme, retrouver la confiance et regrouper toutes les volontés pour sauver l’entreprise. Il s’est progressivement passionné pour la filière et est désormais prêt pour redresser la situation, comme il l’a indiqué. « Dans 6 mois environ, nous serons en mesure de voir où l’entreprise se situe. Actuellement, la tendance dans nos comptes a été inversée. On doit continuer à mettre des choses sous maîtrise. Il est clair que notre responsabilité est grande mais nous avons les moyens de rebondir. »

Le soutien des éleveurs
Doucement mais sûrement désormais, l’entreprise est donc en train de panser ses plaies et sort petit à petit sa tête de l’eau. Elle a mis en place un vrai projet de territoire et de valorisation de l’excellence de l’élevage du Haut Cantal. Sous l’impulsion de Denis Costerousse, Président de l’Association d’éleveurs Elvea Sud Massif Central et éleveur à Sainte-Marie, les éleveurs eux-mêmes participent à la recapitalisation des Viandes du Père Joffrois. Ils se sont d’ailleurs engagés à continuer de fournir la société en bœuf, veau, agneau et porc. « Que les éleveurs nous fassent confiance est primordial ! Notre objectif est de rester sur notre image : conserver un niveau d’excellence qualitative dans toutes les phases de la chaîne, de l’abattage initial à la vente. Pour cela, pour chaque filière, nous suivons des cahiers des charges précis… », a déclaré Laurent Paulet. Pour le porc notamment, la société est agréée « Bleu-blanc-cœur », une démarche d’agriculture à vocation santé. Elle est de ce fait soumise à des contrôles réguliers afin de vérifier la bonne qualité nutritionnelle des produits et surtout leur bon équilibrage entre acides gras saturés et insaturés. Par ailleurs, la chaîne de restaurants franchisés "Les Bistrots du Boucher" a également confirmé son soutien et son implication dans la filière.

Le client au centre des préoccupations
« Des investissements importants sont en cours pour contribuer à notre volonté d’axer sur l’excellence de nos produits. Nous allons moderniser nos outils de production afin de favoriser l’ergonomie au travail et optimiser l’organisation des flux dans l’entreprise », a expliqué Laurent Paulet. Plus que jamais, l’entreprise se recentre sur des produits de qualité exceptionnelle : les races Aubrac et Salers, les veaux élevés sous la mère, les porcs, les agneaux du Haut Cantal et les salaisons en séchage naturel.
« Sur le plan commercial, nous avons choisi pour l’entreprise de placer le client au centre de notre stratégie. Deux télévendeuses gèrent notre relation clientèle et nous allons développer la vente directe dans le Cantal », a relevé le gérant. De son côté, Yves Joffrois, ancien gérant et figure emblématique de la filière, devient Ambassadeur de la marque et prend en charge le développement commercial auprès des professionnels. « Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont cru en nous. Des salariés aux éleveurs en passant par les clients mais aussi les élus communautaires. Je n’oublie pas le soutien inconditionnel en 2014 des sociétés de Pierre Charrade et Jean-Luc Lacombe, nos négociants en viande. Sans le capital dégagé par la Communauté de communes, nous n’aurions pas pu repartir de l’avant comme nous l’avons fait et continuons à le faire… », a conclu Laurent Paulet.

Plus d’informations sur l’entreprise
04 71 23 31 80 - contact@maisonjoffrois.fr
www.maisonjoffrois.fr 

Partager cet article
Laisser un commentaire
Nom / Pseudonyme
E-mail (non-diffusé, utilisé pour valider votre commentaire)
Site internet (optionnel)
Commentaire