Newsletter
Agenda
Nos services
Retour à l'accueil
Une nouvelle coutellerie à Cézens gérée par Charles Cibiel...
02/08/2013

Dans le Pays de Pierrefort-Neuvéglise, une coutellerie a ouvert ses portes à Cézens. Elle est dirigée par Charles Cibiel, natif du village, qui a créé son propre couteau : "Le Cantal". Portrait ciselé (forcément !) de ce nouveau coutelier situé à Cézens.

« A chaque fois que j’ai quelque chose entre les mains, il faut que je le personnalise ». Il est comme ça Charles Cibiel, pas du genre à rester les bras croisés. A vrai dire, c’est un besoin. Besoin de toujours être en action. De ne pas rester sans rien faire. Un bricoleur invétéré. Et globalement, c’est toute sa vie qui a été rythmée par cette volonté de bâtir, construire et créer, sans relâche.
D’abord, ce tempérament se vérifie au début de son expérience professionnelle dans le bâtiment. Diplômé d’un CAP Plaquiste-peintre, il enchaîne des postes de peintre, charpentier, couvreur, carreleur, maçon, menuisier… Bref, tout l’intéresse et lui donne goût. Normal puisqu’au fond, il ne fait rien de plus que de contribuer à mettre sur pied des bâtisses. Et puis, terrible coup du sort, le natif de Cézens subit un grave accident de moto en 1990 sur les routes d’Aurillac.

La découverte de la coutellerie
Mais Charles Cibiel va finalement vite reprendre de l’aplomb. Restant fidèle à son tempérament insatiable, il finit par trouver un poste adapté à sa situation après l’accident dans la Forge de Laguiole, cette fameuse manufacture de couteaux reconnaissable par sa lame de 18 mètres de haut qui émerge du toit. Là-bas, Charles Cibiel a fait ses gammes dans la coutellerie. Ainsi, après une formation qu’il suivra pendant trois ans, il gravit progressivement les échelons et arrive au plus haut de l’échelle. Il a même côtoyé tout au long de ces années des pointures dans le milieu comme Jean-Michel Cayron, désigné "Meilleur ouvrier de France" en 2007. Forcément, ça aide pour apprendre le métier de coutelier et affûter son savoir-faire : « Ce furent de belles années pendant lesquelles j’ai beaucoup appris ». Jusqu’au jour où, après plus de vingt années à forger l’acier, sculpter la matière et concevoir les couteaux, Charles Cibiel décide d’arrêter la coutellerie, avec dans un coin de sa tête, l’idée de créer son propre couteau.

Visite de la coutellerie chez Charles Cibiel, à Cézens
  • Charles Cibiel, accompagné de sa compagne Marianne Pinson, a lancé son activité de coutelier en juin dernier et a créé son propre couteau Le Cantal.
  • Charles Cibiel, accompagné de sa compagne Marianne Pinson, a lancé son activité de coutelier en juin dernier et a créé son propre couteau Le Cantal.
  • Charles Cibiel est actuellement en train de produire en quantité son couteau Le Cantal dans son atelier.
  • Charles Cibiel est actuellement en train de produire en quantité son couteau Le Cantal dans son atelier.
  • Charles Cibiel est actuellement en train de produire en quantité son couteau Le Cantal
  • Charles Cibiel est actuellement en train de produire en quantité son couteau Le Cantal dans son atelier.
  • Charles Cibiel est actuellement en train de produire en quantité son couteau Le Cantal dans son atelier.
  • Charles Cibiel est actuellement en train de produire en quantité son couteau Le Cantal dans son atelier.
  • N'hésitez pas à prendre contact avec Charles Cibiel...

Le Cantal, un couteau « rustique »
C’est alors qu’il s’attèle à la conception de ce dernier. Il se met donc à imaginer et mettre sur papier son idée de couteau. Naît alors "Le Cantal". « J’ai essayé de penser ce couteau en me fiant à ma propre expérience. De ce fait, l’originalité de mon couteau vient de son manche, beaucoup plus droit que le Laguiole par exemple… Je le trouve très rustique », explique-t-il, enthousiaste. D’où l’idée de lui avoir donné l’appellation "Le Cantal". Ainsi donc, il existe le fromage… Place désormais au couteau. Et c’est un vrai succès puisqu’on se l’arrache déjà ! A commencer par les collectionneurs : « Je suis content car il y a de la demande. Des collectionneurs sont même venus jusqu’à ma porte, dont un de Bretagne qui venait exclusivement pour acheter mon couteau et être l’un des premiers à le posséder. Ça fait plaisir… ». Le bouche à oreille fait effet et amène Charles Cibiel à déployer tous ses efforts pour lancer sa gamme. Quatre couteaux différents sont donc pour l’instant en production : le couteau "Le Cantal" classique, le couteau avec tire-bouchon, le couteau de table et le couteau 9,5 cm.

Côté prix, le couteau "Le Cantal", disponible à la vente dans la boutique de l’Office de tourisme communautaire de Pierrefort, s’acquiert à un prix qui ne dépasse pas 100€. « J’ai appelé tous les revendeurs pour leur demander de rester sous la barre des 100€, ça me tient à cœur », lâche Charles Cibiel. Le coût d’un couteau varie aussi en fonction du bois travaillé pour le manche. A ce propos, plusieurs types de bois sont utilisés : houx, sureau, prunier, noisetier, chêne, corne, genévrier (avec son odeur poivrée qui perdure !) ou encore bois de cerf… D’un bois à l’autre, le prix diffère.
Plus tard, l’artisan coutelier envisage sans doute de s’agrandir. Aujourd’hui situé à Cézens dans un atelier (qu’il a construit lui-même, cela va sans dire), il aimerait plus tard avoir un espace boutique accolé à son atelier. Dans l’idée, il organisera probablement des visites afin d’être transparent sur son activité. « Le but sera de rassurer la clientèle sur la façon dont est construit le couteau », explique-t-il. En tout cas, Charles Cibiel a de la suite dans les idées. Une bonne nouvelle pour le Pays de Pierrefort-Neuvéglise !

 

Contact : Coutellerie de Charles Cibiel (artisan, créateur, fabricant) – 3, rue de la Chaumière – 15230 CEZENS
09 83 58 97 76 – charles.cibiel@laposte.net